La Fabrique de Marie occupe l’étage d’un immeuble parisien, juste sous les toits. C’est là dans son atelier plutôt en désordre, que Marie entasse, collecte, trafique ou recycle les matériaux pour créer.

Marie sillonne les brocantes et les magasins de bricolage à la recherche de nouvelles techniques, de nouvelles matières, de nouvelles idées. Fil de fer, papier, carte marine, tissu, câble, résine, plâtre... Elle ose les mariages les plus antagonistes.

Marie n’a pas de préférence entre le dessin, la peinture, la couleur, le volume ou la matière. Tout est mélangé. Le résultat ? Des (am)poules, des peintures, mais aussi des sculptures en bois, en plâtre ou en tissus, toutes plus originales les unes que les autres.